Lunette Ray Ban Pas Cher Homme

1950 ray ban caravan aviators black chrome 52mm bausch lomb usa rare

Couchée sur un tapis de mousse, par un très bel après midi d’été, je me mis à rêver à la structure des bryophyta et à son embranchement. Il y avait tant à dire, tant à faire partager car il faut le savoir, l’embranchement des Bryophyta, ne concerne que les mousses au sens strict (pas du tout la mousse à raser au chlorophylle, ni la mousse à la pistache), tandis que le terme bryophyte, pris au sens large (à quel autre autre sens pourrait on le prendre ?) s’applique aux trois embranchements de plantes terrestres qui ne possèdent pas de vrai système vasculaire. Les hepatocophyta par exemple (ou marchantiophytes (la marchantia)) ou les Anthocérotophyta (comme l’anthoceros levis, pour ne citer que lui ).

Le F6400 ne bénéficie pas de la finition des modèles supérieurs. Il adopte le design « Crystal Gloss », une coque en plastique noir brillant en façade avec un sur cadre transparent. C’est moins sobre. Dans les années 1970. Le banjo évolue au sein des formations folk old time. C’est alors qu’il débarque de nouveau en Europe, en Grande Bretagne pour commencer.

Or, en ne s’adressant qu’à l’il, ce boulet pour le cerveau , l’image en mouvement ne sollicite que les mauvaises perceptions, celles qui nous font prendre des vessies pour des lanternes (magiques), des fantômes pour des êtres réels, celles, surtout, qui réveillent en nous ce que Gilles Deleuze, pas plus à la fête que Godard dans ce livre, appelait l’automate spirituel soit un corps mécanique qui prend le pas sur le corps vivant, qui n’est sensible qu’aux stimuli les plus basiques (meurtre, poursuite, baiser), qui nous fait perdre notre sens des causalités, qui nous réduit enfin à n’être plus qu’un objet fasciné incapable de liberté et d’intelligence, une orange mécanique que le pouvoir va utiliser à ses fins (exactement comme dans le film de Kubrick où Alex se voit à la fin promettre un travail par l’Etat où il pourra user de ses pulsions de mort en toute légalité) mais un automate, dont Deleuze nous dit, en bon sophiste décadent, qu’il pense ! Après les machines désirantes, les machines pensantes ! Et l’anti père de l’Anti dipe de concevoir sa fameuse théorie du noochoc une pensée (noésis en grec) qui résulterait du choc entre l’il et l’image. La voilà en plein l’imposture de la pensée cinématographique et à laquelle Zagdanski a déclaré la guerre. En effet, le noochoc parle à notre automate aussi bien qu’à celui des autres or, si nous sommes tous différents , notre automate est le même, et c’est à ce même que l’image s’adresse.

Laisser un commentaire